AGORA

Bienvenue dans l’agora des états généraux de la liberté éducative. Merci de lire d’abord la charte suivante avant toute publication. Vous pourrez ensuite explorer les différentes sections proposées.

Veuillez ou S’enregistrer pour créer des messages et des sujets de discussion.

Pensez-vous que le bien-être de l’enfant est plus important que son instruction ?

Avons-nous une obsession de l'instruction au détriment des besoins réels de l'enfant ? Culte de la performance, compétition, rendement, efficacité.... Est-ce que tous ces concepts ont vraiment leur place dans l'éducation des plus jeunes ?

Un sketch de Karim Duval : "élever son enfant en mode startup" (histoire d'en rire un peu)

https://youtu.be/Ps3UNPLpmKc

Plus j'avance et plus je m'interroge sur cette instruction qui me semble sélective. Avant trois ans, on parle d'éveil, de motricité, de capacités... Et d'un seul coup, on se met à parler d'instruction. Pourtant quelle différence existe-t-il entre apprendre à parler, marcher et apprendre à lire ou reconnaître les feuilles des arbres ? Cela questionne aussi, je crois, sur notre "être au monde". N'étant pas dissociés de la nature puisque parfaitement intégrés à elle, quel est le sens de notre vie sur Terre ? A quoi nous sert-il d'avoir tous les mêmes connaissances au même âge et le même socle "commun"? Mon avis est que, ce que je décide de faire me permet de vivre ma vie, selon mes besoins. L'instruction n'aurait de sens que dans une recherche d'accroître ses compétences pour répondre à ses besoins. Dans cette perspective, il y aurait donc autant d'instructions que d'êtres humains, et cette instruction serait au service du bien être et non l'inverse... Réflexion toujours en cours...

Citation de Helene Pascault le 11/11/2020, 22:15

Et d'un seul coup, on se met à parler d'instruction. Pourtant quelle différence existe-t-il entre apprendre à parler, marcher et apprendre à lire ou reconnaître les feuilles des arbres ?...

Pour ma part, j’attends toujours que les spécialistes des neurosciences m’expliquent ce qui se passe dans le cerveau d’un enfant de 3 ans pour qu’il ait subitement besoin d’un professionnel pour apprendre ! 😇

De la même, je m’interroge sur ce qui se passe dans le cerveau d’un élève de 18 ans à qui on a dit toute sa vie ce qu’il devait faire, quand et comment le faire, pour que subitement il devienne autonome et fasse des choix conscients... ☺️

 

plus sérieusement, encore que...., les pédagogues observateurs et les spécialistes des neurosciences cognitives sont enfin d’accord pour dire qu’on apprend mieux quand on est bien que sous stress.
Alors oui, le bien être de l’enfant est primordial. Rien ne peut se faire sans cela.
manifestement les profs d’université aussi aimeraient le savoir. 😉

L'instruction et l'éducation de l'enfant sont nécessaires, son bien-être est essentiel, vital et prioritaire. Dans un cadre bienveillant, l'enfant est plus apte à s'instruire, assimiler le savoir -en profondeur-. D'où l'importance que j'attache à la qualité de l'environnement de l'enfant.

Le concept de compétitivité n'a de sens que dans une société qui fait passer ses intérêts avant ceux de l'enfant -et des futurs citoyens-. Le temps passé dans la compétition et le travail acharné est du temps en moins pour les apprentissages libres et l'épanouissement personnel ...

Il est primordial de mettre au cœur de "l'école", de l'instruction de nos futurs citoyens, leur bien-être.

L'enfance a sa place dans notre société. A nous, les adultes, de ne pas la leur voler.