AGORA

Bienvenue dans l’agora des états généraux de la liberté éducative. Merci de lire d’abord la charte suivante avant toute publication. Vous pourrez ensuite explorer les différentes sections proposées.

Veuillez ou S’enregistrer pour créer des messages et des sujets de discussion.

Pensez-vous que l’enfant peut apprendre sans école ?

Nous sommes si peu à croire que cela puisse être possible, pourtant l'école n'est que très récente par rapport à l'histoire de l'humanité, alors comment l'humain et ses progénitures s'est-il débrouillé jusqu'ici ? Combien d'enfants dans le monde vont réellement à l'école, sachant que le modèle scolaire occidentale ou chinois n'est pas ni adopté ni appliqué partout sur la surface du globe. Tous ces enfants de part le monde seraient censés être moins capables, moins cultivés, moins instruits que leurs petits camarades ayant bénéficier d'une scolarité ? D'où vient cet à priori ?

Comme le dit si bien Thierry Pardo, nous avons intégré, enfin la majorité d’entre nous, que le blé ne pousse que parce qu’il y a des agriculteurs. C’est pareil pour les enfants, il n’apprendraient que parce qu’il y a des enseignants....

Philippe Meirieu écrivait : « l’élève, c’est l’enfant confronté au savoir. » Comme si le savoir ne pouvait se rencontrer que dans le cadre institutionnel...

les milliers d’enfants instruits hors école démontrent que cela fonctionne.
« Et pourtant elle tourne ! » L’église a mis longtemps à admettre le principe de réalité. L’institution scolaire est une autre église qui n’aime pas trop les hérétiques qui arrivent à se passer d’elle.

5 enfants en ief.

Découverte du unschooling car mes enfants m'y conduisent non sans force !! Puis des contrôles oppressants de l'usure, et du scolaire. Mais à notre sauce !

Je pense que dans cette question de base, il y a la notion d'école et la notion d'apprendre.

Par observation de mes enfants, de notre réseau, de nous mêmes adultes, l'apprentissage, ce besoin de connaître, d'avancer, de créer, d'être acteur, fait que l'apprentissage est un outil d'évolution qui fait partie intégrante de l'être. Alors oui certains ont plus soif que d'autres, et encore. On pourrait être bien surpris de certaines connaissances acquises en secret par ces faux semblants..

Ce qui vient toucher à tout ça à mes yeux, ce sont les adultes qui viennent entacher de leurs croyances et expériences le monde des "nouveaux venus", des enfants. On vient déposer sur ces esprits neufs et avides, nos peurs les plus profondes bien souvent inconsciemment. On vient y déposer nos fortes croyances et stratéges de notre temps, qui nous ont permis de dépasser ces peurs, ces blessures d'enfants.

Je me dis que nos esprits d'adulte ne vont pas aussi vite que toutes nos créations réunies, notamment une majeur, la technologie. Bonne ou mauvaise, je ne la jugerai pas. Mais elle a ouvert à grande vitesse des possibles que nous ne suivons pas. Et encore moins ceux formes de toutes pièces pour gouverner, aussi jeunes soient ils.

Donc avant de se pencher sur le besoin d'un outil d'apprentissage, il y a à revoir la notion même d'apprentissage, ce qu'elle est devenue, ce qu'elle signifie.

Ensuite, l'outil école à lui même plusieurs fonctions. De quoi parle t on ? Si on s'appuie juste sur la fonction de transmission de savoir, à l'heure de cette technologie, je dirai que ce savoir accessible à tous aujourd'hui, a plus besoin d'être accompagné dans sa transmission. Donc dans l'être plutôt que le savoir.

Avoir des lieux ouverts pour qui souhaite pousser plus loin, approfondir, rencontrer, réfléchir à plusieurs. Oui ! Mes enfants aiment pouvoir réfléchir à plusieurs sur des expériences. Il y a clairement un effet d'émulation très intéressant, de joie entre eux, intéressés par le même sujet. Certains stimulent d'autres, certains se découvrent alors des centres d'intérêt..

Je pense qu'un lieu ouvert  au groupe qui permet une Co création est un atout impressionnant. Ensuite, la difficulté est d'en faire un lieu où chacun s'investit, l'investit, afin de s'y sentir libre d'être lui tout en étant rayon d'un groupe au même centre. Y concevoir des groupes aux centres divers et variés, aux rythmes divers...

Pouvoir selon sa facilité à co créer y accéder plus ou moins.

Il me semble que les écoles dynamiques ou démocratiques offrent cela en partie.

Je me dis que oui nous avons besoin d'un tissu social, de lieux de rencontres, de transmissions, des lieux ouverts mélangeant les âges. Ce qui pose la question : doit on limiter les lieux apprenants à des classes d'âge ? Seulement aux enfants apprenants ?..

Pour moi non 😊

On apprend avec tout le monde.

Donc oui pour des lieux hypra ouverts, de rencontres, de transmission, de CO création ! Bon ça ne ressemble plus du tout à l'école actuelle 😆

On apprend partout et de tout, il suffit de repenser à soi-même et comment on a véritablement appris pour comprendre que ce n'est pas une question d'école, mais une question de choix possibles et opportunités. Ce qui me semble primordial c'est donc de pouvoir avoir le choix de ne pas aller à l'école si on préfère s'instruire autrement.

 

Bonjour

Maman de 3 enfants en ief depuis toujours par choix educatif et choix de vie.. j ai une formation d auxiliaire de puériculture et je suis depuis tres longtemps passionnée par les pedagogies alternatives.. ma première experience fut un super instituteur de l ecole primaire du village dans lequel j ai grandit.. qui nous a permis de gouter a la liberté d apprendre.. il avait organisé la classe comme une immense ressource dont chacun pouvait explorer les sujets qu il voulait.. cela a marqué mes pratiques éducatives en profondeur.. quel bonheur d apprendre quand le sujet nous intéresse.. quelle facilité de mémorisation quand on répond a un élan d envi de savoir..quel plaisir d apprendre en reliant les matieres entre elles, en leur donnant du sens, de la vie,en manipulant, en rencontrant des intervenants divers et variés, en multipliant les supports et les visites..  je suis certaines que la vie est si riche d expérience, que les enfants apprennent chaque jour.. l ief, j en suis certaine, permet un suivi individualisé de chacun des enfants, mais permet aussi de s adapter aux rythmes des enfants et a leurs cheminements personnels.. il permet aussi a l enfant d etre "multi-niveaux" et de cotoyer des enfants et des adultes de tout ages et de tout horizons.. de prendre le temps de bien comprendre chacune des notion et de consolider durablement les acquis.. mais aussi de repondre a leurs besoins physiologiques fondamentaux et de leurs apprendre a s écouter..a se respecter, pour respecter les autres et la planette.. les contrôles annuels permettent deja d eviter les derives et de controler ma realité de l instruction offerte a l enfant.. quel bonheur d expérimenter reelement la liberté.. la liberté de choix, la liberté de conscience, la liberté de choix de vie..

D'où vient cet a priori ? Je dirais : du conditionnement.

Dès 2 ans, l'enfant entend : tu vas aller à l'école, tu vas apprendre à lire, écrire et compter. Et il n'y a pas de doute ou d'autre voie possible. Même dans les livres, les revues pour enfants, il n'existe que l'école et c'est le seul lieu d'apprentissage. En dehors, ce sont les loisirs mais on n'apprend pas en jouant ! La vie n'est pas un jeu ! Je pense que cette idée reçue est bien ancrée dans les esprits parce qu'elle est martelée depuis des décennies et ce, dès le plus jeune âge. Couplé à l'adultisme et le biais "l'adulte a toujours raison", voilà les ingrédients d'un conditionnement efficace.

Combien de parents pensent que l'école est obligatoire ? Combien pensent que leurs enfants n'apprennent rien pendant les vacances ? Combien pensent que les devoirs sont indispensables et qu'il faut souffrir pour apprendre ? La peur d'échouer, de ne pas "réussir" sa vie sont aussi derrière ces mécanismes de reproduction. Tu iras à l'école. Parce que c'est comme ça...