AGORA

Bienvenue dans l’agora des états généraux de la liberté éducative. Merci de lire d’abord la charte suivante avant toute publication. Vous pourrez ensuite explorer les différentes sections proposées.

Veuillez ou S’enregistrer pour créer des messages et des sujets de discussion.

retour sur école après fonctionnement non sco

Mon enfant est entré cette année en grande section.

Je disais pas vraiment qu'on faisait l'IEF avant parce qu'elle avait juste 5 ans, et que ça comptait pas.

Sauf que du coup on voit vraiment tout ce que ça fait. Elle a voulu tester.

Il y aurait beaucoup à dire... Évidemment.

Et moi j'arriverai mieux à témoigner de mon vécu de projetée "parente d'élève" alors qu'à la base j'étais juste OK pour l'accompagner dans cette expérience.

 

Ce qui me marque le plus c'est la sociabilité.

Il y a eu les adultes d'abord. J'ai compris après 5 semaines, qu'en fait elle n'avait plus comme adulte référent que moi (maman solo) et ses maitresses. Donc que des adultes qui ont un rôle ou une place "éducative" de fait sur elle. Là où jusqu'à ces 4 ans je m'étais organisée pour l'emmener avec moi partout dans mes sphères associatives et militantes, et avec les copaines non-sco.

En plus du rythme imposé, elle n'a plus que des contacts avec des enfants de son âge et ces instit' !

et les vacances forcément fait aller voir les grands-parents et la famille qui est loin. Donc résultat : où sont les relations intergénérationnelles qui donnent du sens à la vie ?

et puis un soir elle est enfin aller dormir chez une copine de l'école. Le lendemain soir elle va pas bien du tout, elle pleure "je veux voir Emma". Ma réponse est toute faite pour une fois, c'est très simple "super : tu la vois demain, à 8h45 à l'école".

Elle est abasourdie par ma réponse à côté de la plaque visiblement : "je veux voir emma. en vrai. pas à l'école. demain c'est l'école, ça n'a rien à voir".

là je réalise. et quand on revoit des copain/es de la non-sco, ça nous remet dans un temps d'avant, un temps où on avait le temps.

 

Et puis ça c'était après les déceptions du début. Parce qu'elle voulait aller à l'école pour apprendre. Je crois qu'elle s'imaginait la fac. Des conférences, des histoires, des points de vue situés. Alors il lui a fallut un peu de temps pour admettre que pour un jour mériter de découvrir "l'époque moderne et le colonialisme" fallait accepter de se mettre en rang, se laver les mains, faire des ronds concentriques, ranger ses crayons, se taire... ça a été une drôle de découverte.

Elle a freiné tous ses "apprentissages scolaires autonomes". tout ce qu'elle s'était appris elle-même. Il a suffit de 4 jours de vacances pour qu'elle retrouve sa curiosité de lire, de compter, d'additionner, d'écrire... Juste parce qu'elle était à son rythme. Il y a des jours où elle ne veut pas y aller. Mais juste un jour. Sauf que comme elle est à son rythme, elle avance vite. Alors on a essayé de se raisonner : "attends, là, il faut que tu y retournes, sinon l'écart va encore se creuser entre toi et les gens de ta classe.parce que pendant que tu t'apprends à ton rythme en t'amusant, n'oublies pas que eux ils sont assis à obligés de suivre le rythme choisi par la maitresse, forcément ça va moins vite !"