AGORA

Bienvenue dans l’agora des états généraux de la liberté éducative. Merci de lire d’abord la charte suivante avant toute publication. Vous pourrez ensuite explorer les différentes sections proposées.

Veuillez ou S’enregistrer pour créer des messages et des sujets de discussion.

Quelles différences entre un enfant et un adulte ?

Ma question bien qu'enfantine permet d'aborder le concept de la domination adulte et de l'écart qui existe dans la société entre la manière dont on "traîte" un enfant de celle d'un adulte. Je vous invite à partager vos idées, vos témoignages autour de cette distinction. Existe-t-elle vraiment ? Est-elle seulement sociale (mineur/majeur)? Quelles conséquences peut-elle entrainer ?
A vos clavier !
Nous serons avec Jean-Guillaume, ravie de vous lire en vue de la préparation de la Table ronde avec Laurence Dudek, Camille & Yves Bonnardel.
Ophélie

L'enfant est dépendant de l'adulte affectivement avant de pouvoir être autonome, ainsi l'enfant a droit à une instruction pour pouvoir devenir un adulte autonome et surmonter l'angoisse de la séparation. L'adulte doit lui permettre de faire des choix consentis de manière éclairée mais n'a aucun droit sur lui (selon les droits fondamentaux). L'adulte n'a que des devoirs, il domine par son expérience plus variée et ses compétences permettant à l'enfant de survivre ou mieux vivre dans cette société, mais cela ne l'autorise pas à exercer une domination en décidant à la place de l'enfant ce qui le concerne. Dans la plupart des cas et très jeunes, les enfants sont capables de prendre des décisions sur ce qui les concerne à condition d'être bien informés et le rôle des adultes est de permettre cela en leur permettant de faire les choix qui sont dans leur intérêt supérieur et ne porte pas atteinte à leur dignité. La relation parent enfant ne peut que être saine dans un véritable respect mutuel ou chacun n'exerce pas plus de pouvoir que nécessaire pour le bien-être de chacun et collectivement. Cela semble abstrait et plein de coquilles vides, pourtant ce n'est qu'une question d'amour, mais peu de personnes sont véritablement capables d'aimer, car elles-mêmes n'ont pas été véritablement aimée (cf. "L'art d'aimer" par Erich Fromm).